AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Désormais, vous disposez de dix jours pour faire et finir votre fiche de présentation ! && n'oubliez pas que nous demandons quinze lignes complètes au minimum.
Essence de Folie revêt sa nouvelle version ! N'hésitez pas à donner votre avis ici !
Forum ouvert ce vendredi 15/01 (officiellement). N'hésitez pas à nous rejoindre, nous n'attendons plus que vous.
Venez vous recenser ! recensement n°1

Partagez | 
 

 I still feel like a child ● LIBRE

Aller en bas 
AuteurMessage
Jordane M. Kieffer

avatar

Féminin messages : 105
inscription : 18/12/2009
âge : 26
pseudo : Tif'
jukebox : Hotel California - Eagles
avatar : Hayley Williams
ta gueule d'ange : © Crocodile.

fiche du bon parisien.
relationship:
journal intime:
topics: open.

MessageSujet: I still feel like a child ● LIBRE   Mer 3 Fév - 22:16

    Aujourd’hui, samedi, huit heures, la rouquine était déjà debout. C’était assez rare pour qu’on le précise. Elle déambulait dans les rues de Paris, sans faire attention à où est ce qu’elle se rendait, se laissant guider par son intuition, la caméra à la main. Elle s’était levée tôt le matin-même et avait décidé de faire quelque chose de toutes ses heures qu’elle perdait habituellement à dormir jusqu’à ce que le fait que son ventre crie famine devienne trop insupportable pour être ignoré. Elle ne pouvait résister à l’appel de la faim, surtout le matin.

    Les premiers rayons de soleil pointaient le bout de leur nez, éclairant faiblement les façades grisâtres des bâtiments de la rue que Jordane parcourait. Elle sourit, c’était beau. Ca faisait quelques jours maintenant que le soleil n’avait pas donné. Il n’y avait pas grande monde à cette heure-ci, et une légère brise soufflait, ébouriffant légèrement ses cheveux. Elle alluma sa caméra, son petit bijou auquel elle tenait plus qu’à la prunelle de ses yeux, et appuya sur le petit bouton rouge REC.

    « Samedi 30 Janvier 2010, huit heures douze, quartier belleville. Le soleil se lève sur Paris, et j’ai l’air conne à parler à ma caméra toute seule. »

    Un passant la croisa en la regardant d’un air de se dire « mais-elle-est-completement-tarée-celle-là », ce à quoi Jordane répondit par un énorme sourire accompagnée d’un ‘Bonjour’ retentissant.
    Elle pouffa, tourna le poignet de façon à se filmer elle-même, réalisa une affreuse grimace avant d’éteindre l’engin et de le fourrer dans son sac, d’où elle ressortit un appareil photo avec lequel elle mitrailla la rue et le ciel. Mais ce qu’elle préférait dans tout ça, c’était observer les rares personnes qui arpentaient la rue, tous plus ou moins pressés, comme s’ils avaient le feu aux trousses. Les gens ne prenaient jamais la peine d’apprécier les choses à leur juste valeur ou quoi ? Prendre le temps de contempler un levé de soleil, ça ne s’inventait pas ! Ils ne savaient pas ce qu’ils rataient.
    La rue étant quasiment vide d’individus, elle fut prise d’une pulsion soudaine et se mit à courir, ses converses oranges martelant le sol avec véhémence faisaient du pied de nez aux murs salis par la pollution, son sourire collé à sa figure accueillait la journée avec plus que bonne humeur. Elle avait un comportement de gamine parfois, et elle assumait. Mais franchement, c’était vraiment extra de courir comme ça sans raison valable, sans faire attention aux autres gens, aux autres personnes. Parce qu’après tout, c’est ça être enfant non ? Faire ce que l’on veut sans prendre en compte le regard des autres, les conséquences. L’insouciance, l’innocence. La rouquine aimait ce concept. En vérité, être libre. Ne pas être enchaîné aux « qu’en dira-t-on ? »
    Elle aimait les enfants, et leur question qui paraissent futiles aux yeux des grandes personnes alors que pour eux elles sont existentielles. Ils posent des questions auxquels les grands ne prennent plus le temps de trouver une réponse. En fait, ils devaient être plus philosophes que les adultes. Comme le petit blond du bouquin de St Ex’, dont l’innocence faisait réfléchir plus que n’importe quoi.

    Dans sa course effrénée, elle percuta une personne qui protesta avec vivacité, commençant à l’insulter de tous les noms. Jordane ne prit pas le temps de s’arrêter et hurla un « scusez-moi ! » que l’inconnu pourrait à peine comprendre.
    Mais quelques minutes plus tard, la réalité de la vie reprit ses droits et l’adolescente se tordit la cheville et manqua de se rétamer, se rattrapant de peu au poteau qui se trouvait juste devant elle. S’arrêtant, elle reprit sa respiration, devenu irrégulière à cause de sa course, grimaçant à cause de sa cheville qui la lançait. Mais elle fut prise d’un fou rire à n’en plus pouvoir s’arrêter, le genre de rire qui vous donne mal au ventre, secouant la tête tout en massant ladite cheville, tout en pensant qu’elle faisait vraiment n’importe quoi parfois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
I still feel like a child ● LIBRE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Atteinte au libre-choix en matière de fin de vie.
» 5/2,libre ou la fac?
» Jonas poésie : FEMME LIBRE
» nouvelle à chute du XIXe (ou plus récente mais libre de droits)
» en chute libre !!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
essence de folie :: Quartier Belleville-
Sauter vers: